Tous collaborateurs du Front national ? Appel à la résistance

Publié le par Shaya Onthemoon

Tiens, je vous sens intrigué, choqué peut-être. Le mot « collaborateur » renvoie à des réalités variées, mais l’une d’elles rappelle les heures les plus sombres de notre histoire nationale ; cela rappelle également la période au cours de laquelle une idéologie basée sur l’exclusion et l’inégalité avait le pouvoir. Et votre cerveau fait tout de suite le lien entre Front national et nazisme. Non ? Ah. http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140311.OBS9184/marine-le-pen-epinglee-pour-une-photo-avec-un-neonazi-presume.html

Remarquez, les idées d’exclusion et de rejet de l’autre ont fait leur chemin dans la plupart des grands partis. À tel point qu’on a tendance à traiter les migrants comme des délinquants, même lorsqu’ils viennent de pays en guerre et qu’ils fuient en choisissant de peut-être survivre au lieu de mourir sûrement.

Mais revenons à nos moutons (blancs mais aussi noirs, gris, arc-en-ciel, etc.) du jour : j’affirme donc que nous sommes tous des collaborateurs du Front national :

  • Évidemment, les électeurs qui, volontairement ou par négligence, n’ont pas voté aujourd’hui : que je ne vous entende pas cracher sur l’Europe pendant cinq ans !
  • Les électeurs qui ont voté pour le Front national « pour que ça change » : pour que QUOI change, et surtout COMMENT ? Pensez-vous réellement que Mme Le Pen ait reçu un pouvoir divin lui permettant de faire des miracles ? Et êtes-vous sûrs qu’un mouvement d’extrême-droite soit la solution pour lutter contre les dérives de l’économie libéraliste responsable de la crise ?
  • Les responsables et les militants du PS et de l’UMP qui ne font pas le ménage dans leurs rangs : quand vous laissez se présenter des candidats qui ont déjà été inculpés pour des détournements de fonds, quelle image pensez-vous donner aux électeurs ? En représentants du peuple, ne devriez-vous pas vous montrer exemplaires ?
  • Les médias : en vous laissant séduire par Mme Le Pen et ses collaborateurs tous plus intelligents et charismatiques les uns que les autres, en délaissant le fond du message et l’histoire du mouvement pour vous attacher à leurs belles gueules télégéniques et à l’image facile, vous n’êtes pas plus futés que l’élite européenne séduite par les bonnes manières et les velléités de « remise en ordre » d’Adolf Hitler dans les années 30 ;

http://www.tv5.org/cms/userdata/c_bloc/25/25914/600_25914_vignette_accords_munich_1938.jpg

Et également parce que vous clamez depuis trente ans que le vote FN est un vote de protestation, alors que tout vote est un acte de décision ; et cette thèse s’est effondrée en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen a obtenu 500 000 voix DE PLUS au 2ème tour (mais aucun journaliste, aucun intellectuel, n’a eu le courage de le commenter).

 

  • Les autres, comme moi, coupables d’aveuglement : parce qu’en citoyens convaincus que les valeurs humanistes des Lumières triomphent encore en France, nous avons tous fait preuve d’une ridicule naïveté ; parce qu’en pensant que l’Europe, avec son rôle pacificateur, la PAC qui a arrêté la famine dans les années 50, les directives qui protègent les citoyens d’un continent entier, nous avons cru que l’idée européenne est acquise alors qu’elle doit rester un combat de chaque instant. Une résistance.

 

M. Stéphane Hessel l’a rappelé : les idéaux et les grandes constructions de l’après Seconde Guerre mondiale sont précieux, mais très fragiles. L’Union européenne a été construite sur des bases économiques, parce que les « pères fondateurs » savaient leurs concitoyens encore trop meurtris par les horreurs du conflit, et espéraient que le rapprochement économique favoriserait le rapprochement des âmes et des cultures. « Les institutions peuvent, si elles sont bien construites, accumuler et transmettre la sagesse des générations successives. » (Jean Monnet, sur Dicocitations.)

« Je suis convaincu que l’avenir appartient à la non-violence, à la conciliation des cultures différentes. C’est par cette voie que l’humanité devra franchir sa prochaine étape. »

(Indignez-vous ! (2010) Stéphane Hessel)

 

Européens – et j’entends là « habitants sur le sol européen », quels que soient votre origine, votre culture, votre religion, votre orientation sexuelle, votre marque de dentifrice ou votre nombre de doigts – entrons donc en résistance. L’humanisme est notre force, l’action intelligente et constructive (sans violence) notre arme.

Publié dans Politique, Humeurs

Commenter cet article