Comme Monsieur Hulot à la plage

Publié le par Shaya Onthemoon

La guerre est terminée depuis peu. Le spectre de la guerre civile semble enfin vaincu. Les tickets de rationnement que l’on n’utilise plus sont rangés dans les tiroirs. Le monde entre dans une nouvelle phase, la Tunisie célèbre son indépendance retrouvée, on parle d’une Europe qui panse ses blessures et se réconcilie autour de la CECA… Mais tout cela intéresse peu petite Jeanne.

Tout ce qui compte pour elle, c’est de savoir comment faire pour que son château résiste aux assauts de la marée. Car petite Jeanne l’a bien compris : certains événements sont inexorables. Depuis sa naissance, quelques jours avant le Débarquement, elle a baigné dans les histoires des grands qui parlent de Résistance et de terreur, qui grondent encore de colère à l’évocation des « Boches », qui ne portent pas forcément dans leurs cœurs les « Ricains ». Si elle a bien compris, les premiers étaient les méchants que les deuxièmes ont tenté de déloger en rasant la ville de ses grands-parents, Saint-Nazaire. Depuis, la famille s’est réfugiée dans ce qui était la maison de vacances, avant, ici, dans l’estuaire. Petite Jeanne connaît par cœur les ruelles, le chemin côtier, la plage, les rochers. Elle grimpe comme une biquette, fait des courses avec ses amis avec qui elle invente des jeux et explore les bunkers désormais habités par des bestioles et des souvenirs de grands. Aujourd’hui, elle est seule, car elle veut réfléchir à ce problème qu’elle sait malgré tout insoluble : comment faire pour que son château résiste aux assauts de la marée…

Assise sur la plage avec son seau et sa pelle, elle observe, réfléchit. Tout est calme, les mouettes jouent avec le vent, les bateaux des pêcheurs sont loin, la marée sera bientôt à son point le plus bas, l’air charrie mêlé des parfums d’iode et d’eau douce.

Mais voilà que des pas s’approchent. On entend crisser sous des pieds de grande personne. Les pas s’arrêtent juste à côté d’elle. Les chaussures sont immenses, et petite Jeanne ne voit pas si elles sont en cuir, car une couche de sable les cache déjà.

« Bonjour, mademoiselle. »

Le regard de petite Jeanne n’en finit pas de remonter depuis les pieds jusqu’au visage du monsieur qui vient de s’adresser à elle. Ce n’est pas un monsieur, c’est un géant ! Sous l’effet de la surprise, ses yeux et sa bouche s’arrondissent.

« Ah, oui, je comprends ce qui vous pose problème », dit le géant. « Puis-je prendre place moi aussi ? Je serai moins haut. »

Toujours incapable de parler, petite Jeanne se contente de répondre d’un hochement de tête vigoureux.

« Merci », répond le géant poliment, en repliant ses membres immenses pour prendre place.

« Je m’appelle Jacques. Je fais des films pour le cinéma. Et vous ?

— Petite Jeanne. … Pour le cinéma ! Tu vas en faire un ici, sur ma plage ? »

Émerveillée, petite Jeanne en oublie les règles élémentaires de politesse. Mais le géant sourit, il n’est pas fâché.

« Oui, si cela ne te dérange pas. Nous allons être nombreux sur ta plage pendant quelques jours.

— Ah. »

Petite Jeanne est un peu ennuyée, parce qu’elle n’aime pas qu’il y ait du monde autour d’elle quand elle tente de résoudre des problèmes importants comme celui de ce matin. Toutefois, la magie du cinéma ne la laisse pas indifférente : elle devine là d’autres mystères passionnants.

« Je pourrai voir comment on fait un film ?

— Bien sûr ! Les habitants sont même invités à être dans le film.

— DANS LE FILM ! Papa et maman aussi sont invités ? Et Dédé ? Et Lulu ? Et Mariette ? Et… ?

— Tous les habitants. »

Petite Jeanne sourit : si tout le monde peut y participer, ce ne sera pas si ennuyeux que ça.

Et qui sait, peut-être que quand on sait faire un film, on sait aussi comment faire pour que les châteaux résistent aux assauts de la marée.

 

(Petit hommage à Jacques Tati tournant Les Vacances de Monsieur Hulot à Saint-Marc-sur-Mer, en juin 1951.)

(Photos prises à Saint-Marc-sur-Mer et Saint-Nazaire le 16 janvier 2016. Crédits : S. Scardigli)

Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)
Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)
Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)
Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)
Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)
Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)
Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)

Saint-Marc-sur-Mer : plage de Monsieur Hulot (hôtel, jetée et statue), plage de Courances (anse avec rochers, bunker) ; Saint-Nazaire (base sous-marine, Jardins du Tiers Paysage)

Publié dans Voyage, Nantes, Pays de la Loire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article