Émotions parisiennes

Publié le par Shaya Onthemoon

Mon printemps parisien a commencé par un dimanche, entre soleil et averses, sur les pavés de la cour Saint-Emilion. Une petite troupe de théâtre jouait des poèmes d’Andrée Chedid, de Taslima Nasir et d’autres grandes dames de la poésie.

Le lendemain, dans un cinéma près de la gare de Lyon – dans lequel l’on peut sentir les trains passer – j’ai pleuré devant La Rafle. A la sortie, un vieux monsieur se tenait debout en haut de l’escalier. La tête baissée, les yeux clos, il laissait couler ses larmes en silence.

Quelques jours après, j’ai ri devant Dragons, et tremblé avec Leonardo Di Caprio sur Shutter Island.

Le week-end dernier s’est déroulé entre le salon du livre et une convention de jeux : livres et jeux, « grenouilles » de Cocyclics en attente de parution de leurs romans, collègues qui se transforment en amis chers, ce fut trois belles journées.

Durant deux semaines, mes amis m’ont offert leur toit, leur compagnie pour une soirée, leur chaleur.

Deux soirs mon amoureux m’a fait la joie de me rejoindre si loin de notre foyer.

Malgré les giboulées, un bien joli printemps parisien !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article