Femmes engagées en littérature de l'imaginaire

Publié le par Shaya Onthemoon

Femmes engagées

L’écriture est un art qui peut être engagé ; et pour s’engager, il existe d’autres moyens d’expression que l’essai ou le journalisme d’investigation. Les littératures de l’imaginaire aussi constituent de formidables vecteurs de valeurs humanistes et de convictions politiques.

Il n’y a qu’à lire les œuvres de deux femmes engagées : Nathalie Dau et Lucie Chenu.

 

Toutes deux ont publié des recueils de nouvelles récemment, Lucie chez Rivière Blanche http://www.riviereblanche.com/index.html Les enfants de Svetambre LIEN http://www.riviereblanche.com/svetambre.htm  IMAGE http://www.riviereblanche.com/svetambre02.jpg , et Nathalie chez Griffe d’encre Les Contes myalgiques I LIEN http://www.griffedencre.fr/spip.php?article194  IMAGE http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x307/cm_200-200x307.jpg et II LIEN http://www.griffedencre.fr/spip.php?article630  IMAGE http://www.griffedencre.fr/IMG/cache-200x308/CM2_200-200x308.jpg .

Si un sort cruel m’obligeait à choisir parmi les bijoux de ces trois recueils... Chez Lucie, je prendrais « Retour à à Gaïm Hya » pour Jaëlle et Ténébreuse, « Trois sabres » pour la puissance des sabres et l’optimisme de la fin, et « Chœur de dragons » pour la beauté magique du vol au-dessus de la plage ; chez Nathalie, « Aenor » pour les pierres de l’Armor (Contes myalgiques I), « Knock Knock Knocking on Hell’s door » pour les gardiens des mines, et... heu... (ralala ! il va falloir tirer au sort) « La peau du Diable » parce que « maladie » et « malédiction » sont véritablement des termes très proches.

Outre la sensibilité de leurs propos, elles ont en commun une maîtrise rare du style et des niveaux d’écriture, un amour du conte et de ses codes, une imagination aux multiples facettes et une gentillesse naturelle qui fait vraiment du bien.

 

Pour s’engager encore plus, Nathalie a créé les éditions Argemmios http://boutique.argemmios.com/ , qui lui permettent d’éditer des ouvrages en lesquels elle croit et qu’elle défend en chevalier fidèle et valeureux.

Et Lucie, de son côté, a créé le collectif C(h)œur de citoyens http://choeurs-de-citoyens.svetambre.org/index.php? : un site sur lequel des auteurs partagent des textes de fiction, engagés, qui utilisent ou pas les codes de l’imaginaire.

 

Deux très belles plumes qui servent  des convictions profondes.

Commenter cet article