Spectres, séismes, Europe, etc.

Publié le par Shaya Onthemoon

Cela pourrait ressembler à un résumé de la campagne présidentielle actuelle… mais non, il s’agit des thèmes de mes travaux du moment : un roman et deux nouvelles.

Le roman « spectral » s’écrit avec un autre auteur : au printemps 2014, nous avons imaginé ensemble un univers, deux personnages et une nouvelle ; et nous nous sommes tellement amusés dans cette écriture avec notre shaman indien et notre chasseuse de fantômes que nous avons décidé de leur faire continuer l’aventure. Un synopsis et de nombreux échanges par email, nous avançons tranquillement dans une histoire qui va pourtant au rythme d’un James Dean lancé dans sa Spyder…

Quant aux deux nouvelles, elles sont toutes les deux destinées à des appels à textes plutôt inspirants, dans les thématiques qui me touchent et que j’aime développer.

La première nouvelle, très courte, sera une préquelle d’Anacalypse. J’en ai le titre, la dernière ligne, et je sais enfin comment je vais en traiter le récit. Depuis la signature du contrat et les discussions avec l’éditrice sur la couverture, je trépigne… et cette nouvelle me permet de patienter en retrouvant mes personnages et mon Athènes presque apocalyptique.

Quant à la deuxième nouvelle, elle doit parler de l’Europe. Et a priori, ce sujet est pour moi. J’ai suivi un cursus universitaire qui m’a fait découvrir les racines du projet européen ; j’ai rencontré il y a vingt ans, dans une association européenne (celle-là même qui a poussé la mise en place d’ERASMUS), des personnes que j’admire et qui sont restées des amies ; j’ai vécu en Grèce, pays o combien important pour la construction européenne, sa culture, son histoire ; une partie de mon histoire familiale est celle de l’immigration italienne et grecque ; et même si j’ai été triste de voir disparaître la drachme, j’ai été heureuse de voir la mise en place de l’euro, comme un pas de plus vers une fédération européenne. Et malgré tout ça… impossible d’avoir mon histoire. Des flashes, des scènes se sont imposées, mais impossible pour le moment de comprendre le lien entre elles. Un morceau de mythologie, un bout d’actualité, une pincée piochée dans un rêve… Mais j’y arriverai.

Oh, avant de vous quitter, j’ai envie de partager ma joie : j’ai enfin reçu mes exemplaires de l’anthologie Malpertuis VII où a été publiée « Une larme d’Athéna », dont voici les premières lignes :

« Je ne connais pas cette ville. Je ne sais pas quelle terre je foule. Je ne comprends pas d’où je viens, ce que je suis. Comme si la conscience m’était venue brutalement, séisme puissant qui m’a éjectée du néant où j’étais réfugiée. Je ne connais pas cette ville, mais quelque chose m’y porte. Non. Quelqu’un. Quelqu’un me la fait découvrir, quelqu’un à qui je me sens attachée.

Qui es-tu ? Pour le moment, je suis trop faible, trop ténue, pour m’arracher de toi. Pour le moment, je prends forme dans tes pensées. Tes émotions en éveillent d’autres en moi, et peut-être comprends-tu mieux que moi ma propre nature. Ton souffle résonne de plus en plus fort, je commence à éprouver ton ressenti ; mes sens s’éveillent aux tiens, en écho à tes pensées. Je ne sais pas ce qui m’a ramenée à la conscience. As-tu besoin de moi ? Et puis, qui es-tu ? J’ai beau percevoir par tes sens, entendre tes pensées, ta nature me reste impénétrable.

Tu ne t’attaches pas à l’instant présent, tu sembles plutôt déambuler entre les époques de ta vie – comme si chacun de tes pas faisait naître une myriade de souvenirs. C’est ici qu’elle t’a vendu des fleurs, et qu’elle t’a dit combien elle te trouvait belle. C’est là-bas qu’un jour tu ouvriras ta librairie-galerie d’art… »

Spectres, séismes, Europe, etc.

Commenter cet article