Mosaique en pleine campagne

Publié le par Shaya Onthemoon

Les réseaux sociaux bruissent de haine, de colère, de révolte ces temps-ci. (En fouillant, on trouve aussi, et heureusement, de l’espoir et de l’humanisme.) Je constate, fascinée, que sur mon profil se croisent des personnes qui ne s’adresseront jamais la parole dans la vie. Cela tient à mon histoire personnelle bien sûr, à ce mélange qui fait mon histoire : ma famille et ses descendants d’immigrés italiens, grecs, gitans, normands et d’origine inconnue (je pense n’avoir rien oublié, mais rien n’est moins sûr) ; les camarades d’école primaire, de collège, de lycée, d’études ; les anciens collègues de la grande distribution, de l’informatique, de l’humanitaire ; les connaissances, collègues, amis, relations, voire idoles ! des métiers du livre ; les autres engagés dans les associations où je suis passée, et qui parlaient de sujets qui me semblent nécessaires comme l’Europe, l’aide aux survivants de la torture, le théâtre ou la promotion de la littérature de l’imaginaire.

Vous êtes nombreux à vivre en France, mais pas uniquement : en Grèce, bien sûr, mais aussi en Belgique, Allemagne, Italie, Suisse, Angleterre, Écosse, États-Unis, Liban et j’en oublie sans doute tant certains d’entre vous profitent de l’ouverture des frontières pour découvrir le monde.

Je devine à vos statuts et vos commentaires quelles sont les idées politiques que vous défendez et les valeurs dont vous vous portez garants. Je découvre des racistes, des aigris, des égoïstes, des destructeurs ; je constate également la présence de rêveurs, d’humanistes, de créateurs, de voyageurs.

Comme certains le pratiquent, j’ai parfois songé à supprimer de ma « liste d’amis » des personnes dont les propos vont à l’encontre de mes opinions ou de mes valeurs profondes. Mais je ne le fais pas, car j’estime qu’il est important de ne pas s’enfermer dans un mode de pensée unique. Il est important de connaître les arguments de l’autre. Il est nécessaire d’apprendre à observer avec un autre « filtre mental ». Il est vital de ne pas s’enfermer dans une pensée unique, quelle qu’elle soit.

Alors si vous passez sur mon profil et que vous y voyez des propos qui vous dérangent ou vous choquent, n’hésitez pas à engager le dialogue avec ces personnes que vous ne connaissez ou que vous ne croiserez jamais ailleurs que dans cet espace virtuel ; lisez leurs propos, répondez-leur même en argumentant pour leur faire découvrir votre point de vue.

Parce qu’il nous faut protéger la liberté d’expression de tous tant que cela nous est possible, et qu’il est impératif d’alimenter le débat général par des points de vue variés et construits.

Commenter cet article

Shaya 05/05/2017 18:13

Ohhhhh. Mais oui, mais oui, ce genre de pratique est vécu comme "violent" dans le monde virtuel des réseaux sociaux ^^. :)

1671137 04/05/2017 13:11

Être supprimé d'une "liste d'amis" d'un réseau dit social, c'est très dur ! Est-ce qu'on en survit ?
Être inscrit sur une "liste d'amis" d'un réseau dit social, c'est le pied ! Indispensable !